Dans l'affaire du bijoutier de Nice

Publié le par Annie

Dans l'affaire du bijoutier de Nice, le procureur de la République n'a pas retenu la légitime défense, ayant la "conviction" que "le commerçant a agi pour donner la mort à ce malfaiteur". Selon le parquet de Nice et les enquêteurs, le bijoutier a tiré après avoir été battu, mis en joue et dévalisé par ses agresseurs. Les malfaiteurs avaient quitté sa boutique et démarraient le scooter sur lequel ils s'apprêtaient à fuire, lorsque le bijoutier a pris son arme, l'a chargée, s'est accroupi sous son rideau de fer et a fait feu à trois reprises. La concomitance n'est donc pas reconnue par le procureur, qui estime qu'"au moment où le bijoutier intervient, sa vie n'est pas directement menacée". Le fait que le braqueur ait été atteint dans le dos plaide également contre la légitime défense.

Publié dans libre expression

Commenter cet article